Susan Simmons takes on the Bear

This article was originally published on http://greatbearswim.com/2016/05/14/hello-world/ by Susan Simmons

There’s a lot of places one can choose to swim around the world. Within the marathon swim community some of the more popular swims are the English Channel, North Channel, the Cook Strait, the Molokai Channel, the Catalina Channel, the Tsugaru Strait and the Strait of Gibraltar.  These swims are officially the Ocean’s Seven and is considered the marathon swimming equivalent of the Seven Summits. So why would we, or me in particular, choose to swim the Great Bear Sea – an unknown swim within the marathon swim community?

Here’s my one-two-three reasons why.

1. I want others with Multiple Sclerosis to be healthy

Swimming has been life-healing for me. It is the main way in which I manage Multiple Sclerosis (MS). Had I not taken up swimming over ten years ago I have no doubt I would be in a wheel chair today. I swim ultra-marathons as a way to show others with the disease that quality-of-life does not end with MS. Swimming, and other forms of exercise can be helpful ways to manage the disease. Swimming the Great Bear Sea is a great way for me to share the that message.

You can learn more about me and my MS on my website MSathlete.

2. I want to honour those who have come before me

From 1948 to 1972 the Ocean Falls Swim Club placed at least one swimmer on every Canadian Olympic, Commonwealth, or Pan American Games team. The club had a reputation for being one of the most dominant clubs in Canada. These swimmers and their coaches have had an incredible impact on swimming in our country. One of their coaches, Mr. George Gate, went on to be the Aquatics Director at the Pointe Claire Pool. He was the coach of many of our coaches, and our coaches coaches.

The swimmers and coaches of Ocean Falls should be honoured and their stories should not be forgotten.  I hope to share what I learn of them as I prepare for the swim as a way of honouring them.

You can learn more about the Ocean Falls swimmers at the BC Sports Hall of Fame. If you know of any swimmers please put them in touch with me so I can share their story on this website.

3. I live in a beautiful place that is a joy to discover

Although I was born in Montreal, a city which I love dearly, I have lived in British Columbia for half of my life. Living here has had a profound impact on my life. So much so that I am sometimes teased about being the “granola daughter.”  Yet there is so much of this province that I have not yet discovered.

I hope through the Great Bear Swim to learn about the this incredible body of water, the mountains that hug it and the people that live on the land beside it. I hope to meet many of the people in the communities en route and find out what daily life is like living in the region and what issues are important to them. I hope to spend time with the First Nations community, the Heiltsuk, and have the opportunity to share their stories through this website.

Of all of the things I cherish the most about an ultra-marathon swim, it is learning about the area I am swimming in and meeting the people who live there. There is no better place to do this than in my own back yard.

Please join Dale and Jill and I from July 13 to 14 as we dip our toes in the very cool waters of the Great Bear Sea and swim through waters that no-one has swum through before. Join us in celebrating fitness and health. Join us in exploring this very special local pristine waterway. Join us in meeting the people in the communities.

FRANÇAIS

Cette article a été publié par Susan Simmons sur http://greatbearswim.com/2016/05/14/hello-world/

Il y a beaucoup d’endroits autour du monde pour aller nager. Dans la communauté de la natation de marathon, certaines des épreuves les plus populaires sont la traversée de la Manche, le chenal Nord, le détroit de Cook, le canal de Molokai, le canal de Catalina, le détroit de Tsugaru et le détroit de Gibraltar. Ces courses constituent le Ocean’s Seven, qui est considéré en natation comme l’équivalent des Sept Sommets. Pourquoi quelqu’un, ou moi particulièrement, décide plutôt de nager dans la mer du Grand Ours, une course méconnue parmi la communauté de la natation de marathon?

Voici mes raisons :

  1. Je veux que d’autres personnes atteintes de sclérose en plaques soient en santé

La natation m’a sauvé la vie. C’est ma façon de gérer la sclérose en plaques. Si je n’avais pas commencé la natation il y a 10 ans, il n’y a aucun doute que je serais en fauteuil roulant maintenant. Je nage des ultra-marathons pour montrer aux personnes atteintes de maladies qu’on peut maintenir une bonne qualité de vie malgré la sclérose en plaques. La natation et d’autres types d’activités physiques sont une bonne façon de gérer la maladie. Traverser la mer du Grand Ours est ma façon de partager ce message.

Vous pouvez en apprendre plus à mon sujet et sur la sclérose en plaques sur mon site internet : MSathlete.

  1. Je veux honorer ceux qui m’ont précédée

De 1948 à 1972, le Ocean Falls Swim Club a toujours placé au moins un nageur pour chacune des équipes pour les Jeux olympiques, les Jeux du Commonwealth ou les Jeux panaméricains. Ce club a la réputation d’être l’un des meilleurs clubs au Canada. Ces nageurs et leurs entraîneurs ont eu une influence incroyable sur la natation au pays. L’un de leurs entraîneurs, M. George Gate, est devenu le directeur aquatique du centre aquatique de Pointe-Claire. Il a été l’entraîneur de plusieurs de nos entraîneurs, et des entraîneurs de nos entraîneurs.

Les nageurs et les entraîneurs de Ocean Falls doivent être honorés et leur histoire ne doit pas être oubliée. J’espère partager ce qu’ils m’ont appris pendant ma préparation pour cette nage en leur honneur.

Vous pouvez en apprendre plus sur les nageurs de Ocean Falls en visitant le BC Sports Hall of Fame. Si vous connaissez des nageurs, demandez-leur de m’écrire pour que je puisse partager leur histoire sur ce site.

  1. Je vis dans un endroit magnifique qui gagne à être connu

Même si je suis née à Montréal, une ville que j’aime profondément, j’ai vécu en Colombie-Britannique pour la moitié de ma vie. Vivre ici a eu un grand effet sur ma vie, au point où l’on me taquine parfois en m’appelant la « fille granola ». Pourtant, il m’en reste tant encore à découvrir dans cette province.

Avec la traversée du Grand Ours, j’espère en apprendre plus sur cette étendue d’eau incroyable, les montagnes qui l’entourent et les gens qui y habitent. J’espère rencontrer beaucoup de gens dans les communautés sur mon chemin et en apprendre plus sur leur vie quotidienne et les sujets qui leur tiennent à cœur. J’espère passer du temps avec la communauté des Premières Nations, les Heiltsuk, et avoir la chance de partager leurs histoires sur mon site internet.

Parmi toutes les choses que j’aime le plus de la natation de marathon, ma préférée est d’apprendre à connaître l’endroit où je vais et de rencontrer ceux qui y vivent. Il n’y a pas de meilleurs endroits pour ça que chez moi.

Venez vous joindre à Dale, Jill et moi les 13-14 juillet, lorsque nous plongerons dans les eaux glaciales de la mer du Grand Ours pour traverser ces eaux que personne n’a traversées avant. Venez célébrer l’activité physique et la santé avec nous. Venez explorer ces eaux cristallines. Venez rencontrer les gens des communautés locales avec nous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *